2 minutes avec le talentueux photographe de Montréal: Rupert Lamontagne

Crédit photo: Rupert Lamontagne 2 minutes avec le talentueux photographe de Montréal: Rupert Lamontagne


J’avais déjà entendu son nom: Rupert Lamontagne. J’ai vu son travail sur plusieurs Tumblr dans lesquels ses photos circulaient souvent. Par la suite, on a parlé de Rupert dans un article dédié aux gars de la marque Protocole Outlook. Je dois l’avouer, je suis tombé en amour avec son travail.

J’ai eu la chance de rencontrer ce talentueux photographe basé à Montréal dont le nom fait écho partout autour du globe. Élevé à Sherbrooke, ce jeune homme de 23 ans a commencé à faire de la photo aussitôt arrivé en sol montréalais. Il a étudié la photographie au collège Dawson et depuis, il ne cesse de faire «du beau». On le retrouve sur le blogue Highsnobiety, le magazine Kinfolk, le magazine Clin d’œil, C-Heads, Vogue, National Geographic et le magazine XXL.
 
Qu’est-ce qui t’a motivé à faire de la photo?
Je n’ai jamais vraiment eu une bonne relation avec le cadre scolaire. J’ai toujours eu l’impression d’avoir perdu mon temps au secondaire. Je n’avais pas de très bonnes notes, mais je m’en suis toujours sorti. Mes parents m’ont poussé afin que j’aille étudier ailleurs qu’à Sherbrooke (ma ville natale). Je suis tombé sur la photo alors j’ai décidé de foncer là-dedans. Mais même au collège, le cadre scolaire m’a rendu fou. Bref, je n’ai pas fini mon programme et j’ai juste commencé à faire des projets personnels. Je dirais que ma motivation était que je voulais arrêter de perdre mon temps et de commencer mes propres projets!
 
Qu’est-ce qui t’attire dans une photo / ce que tu recherches dans un portrait?
Je cherche l’authenticité, un point c’est tout. J’aime beaucoup les vêtements décousus, les souliers sales, les jeans usés avec des trous et les cheveux naturels. Je demande toujours aux agences, des photos de leurs mannequins sans maquillage. J’adore les vêtements qui sont, à la limite, tachés. Je trouve que ça raconte une histoire. J’aimerais un jour faire un éditorial en forêt. Je demanderais même aux mannequins de passer un peu de temps en forêt question qu’ils s’adaptent un peu à l’environnement. Je crois que leurs looks seraient plus authentiques!
 
Quel portrait as-tu réalisé jusqu’à présent dont tu es le plus fier?
Je suis un éternel insatisfait. La durée moyenne de la satisfaction que j'ai envers mon travail est d’environ 5-6- heures ahah! Je crois que c’est ce qui me pousse à toujours en faire. Bref, ma photo préférée en ce moment, c’est celle de Celeste qui suivra.

 Crédit photo: Rupert Lamontagne
 

Ton plus grand accomplissement au travail?
Je viens de shooter la prochaine couverture du prochain magazine Clin d’oeil!
 
Quels photographes t’influencent le plus dans ton travail et pourquoi?
J’ai seulement aimé un photographe jusqu’à présent et c’est Billy Kidd. Maintenant, je l’aime pas mal juste pour l’inspiration qu’il ma apportée. Ce sont les réalisateurs de films qui m’inspirent. Je pense à David Lynch, Jonathan Glazer, Vincent Gallo, Wong Kar Wai, entre autres.
 
J’ai beaucoup aimé ton projet Fifty girls of Summer. L’idée t’est venue d’où?
J’étais dans un moment de ma vie où je prenais en photo une fille par jour parce que je voulais vraiment améliorer mes techniques et ma manière de diriger mes modèles. J’ai donc décidé d’en faire un projet intéressant. Au début, c’était 25 girls of summer, mais ce n’était pas assez catchy. Puis 500 days of summer ma influencé et j’ai ajusté ça à Fifty girls of Summer.
 
Est-ce que tu comptes en faire une 2e série?
J’aimerais le faire chaque année afin de pouvoir m’améliorer avec de nouveaux mannequins et de nouvelles locations. Je crois que ça me donne une bonne expérience avec mon appareil. J’aimerais qu’il y ait plus de thèmes et que les écarts d’âge soient plus grands.
 
Tu te vois où dans 5 ans?
C’est loin dans 5 ans! Je me vois avoir plus de liberté dans mon travail. J’aimerais faire des photos/projets plus hors-normes. Le genre de truc hors-normes que les magazines auraient de la misère à publier. J’aimerais également faire plus de vidéos. Sinon dans 50 ans, je me vois barbu avec des petites shorts en train d’écrire des scénarios de films, voilà!

- Pour suivre Rupert Lamontagne sur les réseaux sociaux: 
Twitter
Instagram

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES