Karel Chladek photographie la vie nocturne depuis plusieurs années. Cela fait bientôt une décennie que ce montréalais s'amuse à capturer les moments, qu'il s'agit de spectacles, d'artistes en tournées, de portraits lumineux, ces innombrables projets sont tous plus impressionnants les uns que les autres. Voyez son portfolio pour vous faire une tête.

Il a récemment partagé sur le site web Bored Panda une série de clichés intitulés ironiquement No More I Love Yous.On y retrouve des moments doux, intimes, qui n'ont lieu que très tard le soir, dans des clubs ou des bars : des rapprochements entre deux personnes, à la dérobée, au milieu d'une foule ou dans les coins sombres. Il réussit à saisir ces moments si bref et si intense.

Joint au téléphone, Karel m'affirme que chaque photo est unique et que chacune est le résultat d'un travail minutieux et passionné. « Dans une soirée, je dois prendre environ 2 000 clichés, pour n'en garder que 30, pour n'en publier que parfois 4, ou même juste une. »
 

Crédit : Karel Chladek

Se basant sur la lumière «naturel des clubs», c'est-à-dire sans utiliser de flash et se basant uniquement sur les néons ou les spots lumineux, il arrive à capturer ces moments quasi oniriques avec son oeil perçant. Sensuel, mais pas dirty, trash oui, mais tout de même intime.

« Ça fait environ deux ans que je m'amuse à photographier ces petits moments en secret, pratiquement tapis dans l'ombre. On voit vraiment de tout dans les partys et les clubs, mais c'est vraiment ces petits moments-là que je cherche quotidiennement. L'École Privée, où je travaille quelques soirs par semaines, est le meilleur lieu à Montréal pour avoir l'éclairage, le public et l'ambiance propice pour ce genre de photo, à tous les coups. »

Mais partager ces clichés de deux êtres qui s'embrassent peut parfois être périlleux.

« Oui, il arrive que l'on m'écrive pour que je retire certaines photos, car, avouons-le, c'est rarement de vrai couple que je capture en photos. Ce sont des aventures, des flirts et parfois ça peut briser des couples, ce que je ne veux pas. C'est pour ça que, sur la centaine de photos que j'arrive à prendre d'un couple enlacé, je vais toujours m'arranger pour partager celle où on réussit le moins à identifier les personnes.»

Suivez Karel Chladek sur instagram @karelchladek vous me remercierez plus tard.

Et n'oubliez pas d'aller faire un tour sur son portfolio karelchladek.com.

Crédit : Karel Chladek

Image #1

Image #2

Image #3

Image #4

Image #5

Image #6

Image #7

Image #8

Image #9

Image #10

Page d'accueil