John Max, Sexus et la beauté des corps [NSFW]

Crédit photo: John Max John Max, Sexus et la beauté des corps [NSFW]


Avec le kaléidoscope incessant d’images mis à notre disposition quotidiennement, on peut parfois se sentir étourdi devant cette surabondance. Chez Ton Barbier, ça ne nous déplaie pas de prendre un instant de recul pour souffler et se reposer les yeux. C'est dans cet état d'esprit que nous avons été renversé par une ancienne série de photos érotiques d’un artiste d'ici pratiquement inconnnu.

À la fin des années 60, la contre-culture montréalaise est en pleine ébullition. C’est à cette époque charnière qu’apparaît brièvement la revue underground Sexus. Nommé d’après le roman autobiographique d’Henry Miller, le magasine s’articule autour de la révolution sexuelle. Les quatre numéros, aujourd’hui difficiles à trouver en format papier, furent récemment numérisés par un obscur site d’archivage. Vous excuserez la qualité de l'impression devant l'ampleur de leur travail de moine. Le troisième titre de Sexus contient en ses pages cette série de photographies en noir et blanc signée John Max.

D’origine ukrainienne, Max a vécu dans la précarité une grande partie de sa vie sur le Plateau Mont-Royal. Son talent et sa singularité l’ont toutefois amené à photographier des immortels de la musique dont Leonard Cohen, Frank Zappa et Janis Joplin. Il fut l’objet d’un documentaire, John Max, a Portrait, en 2011, l’année de son décès.

La série, sans nom, tire le portrait d’un thème tout simple, un couple qui se dénude. Les corps se croisent, se capturent, s’assombrissent et s’illuminent dans une danse épidermique. Sans jamais tomber dans la provocation, les clichés offrent une composition intimiste faisant l’éloge d’une complexité confinée à sa plus simple expression. Le grain de la pellicule épouse la texture des sujets et le rendu organique se couvre d’une rare beauté.

Un petit moment pour s’adoucir l'esprit et le coeur.

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES