On le sait, les photographes sont ceux qui aiment le moins se mettre devant l'objectif. Certains photographes vont même à se créer un pseudonyme et ne jamais montrer leur visage pour leur art, on pense notamment à Manny, le photographe fantôme du nightlife montréalais, ou alors à Drowster, le photographe-voyageur.

Quant à elle, la série « STEAMKIND 2.0 » représente la nouvelle communication visuelle 2018 de l’artiste photographe Kevin Millet alias Mkind. Il s'agit d'un autoportrait dans un style steam punk influencé par l’époque victorienne et des machines à vapeur. 

Sachant qu’il utilise souvent la peinture comme médium sur ses modèles, cette fois-ci c’est lui même qui se salit les mains. N’apparaissant généralement nulle part, il préfère mettre en valeur une émotion et une ambiance plutôt que sa personne réelle.

Dans une ambiance lumineuse et crémeuse avec ce doux beige, le personnage Mkind se montre en train de suffoquer ou d’avoir l’impression de s’embraser. C’est le résultat d’une époque contrôlé par les machines ou tout va trop vite sans avoir le temps de rien. La peinture noire, presque goudron, crée une rupture avec le fond clair et rend le personnage sombre voir sale et imparfait.

Un projet réalisé avec l’aide précieuse de Vivien Gaumand @vivien.gaumand et Amandine Pison @amandinepsn.

Retrouvez toutes les séries photographiques de Kevin Millet sur son portfolio en ligne milletkevin.com et sur son compte instagram @kevinmillet.

Le comble de l’élégance, c’est l’invisibilité.
-Oscar Wilde.

Image #1

Image #2

Image #3

Image #4

Image #5

Image #6

Image #7

Image #8

Image #9

Page d'accueil