C'est connu de tous et de toutes, les troubles alimentaires sont de plus en plus présents chez les hommes, les femmes et les personnes non-binaires. S'ils ont toujours existés et été exposés sur la place publique par les médias, ils le sont encore plus depuis le ravage de la pandémie de la COVID-19. 

Par contre, certaines personnes sont davantage renseignées sur les troubles alimentaires comme l'anorexie ou encore la boulimie, mais l'hyperphagie (binge eating disorder (BED)) est l'une des maladies reliées aux troubles alimentaires, la moins connue, mais qui touchent pourtant le plus de personnes sur la planète.

Qu'est-ce que l'hyperphagie?

En fait, l'hyperphagie se comprend beaucoup mieux si on l'appelle par son nom anglophone : binge eating disorder. On entend souvent la fameuse phrase « j'ai binge-regardé cette série Netflix en une seule journée! » Eh bien, l'hyperphagie est un peu similaire à ça, sauf qu'elle concerne bien évidemment une abondance exagérée de nourriture en très peu de temps.

Bien que parfois il peut être facile de tourner notre surconsommation à l'humour, elle peut, cependant, s’avérer être un réel problème.

Quelle est la différence entre la boulimie et l'hyperphagie?

Selon une étude universitaire exécutée à Montréal :

  • « La boulimie se caractérise par des orgies alimentaires suivies de méthodes compensatoires inappropriées (tels des vomissements ou l’abus de certaines substances comme des laxatifs) pour contrôler le poids ».
  • « L’hyperphagie boulimique se caractérise par des crises de boulimie récurrentes sans comportement compensatoire et est souvent associée à la pratique de régimes restrictifs ou d’activité physique intense dans le cas des hommes ».

Il est primordial de reconnaître la différence, par contre, il est tout aussi essentiel de comprendre que parfois, l'un vient inévitablement avec l'autre. Il est aussi vrai de dire que la boulimie consiste principalement à des phases de gavages avant d'expulser le tout. L’hyperphagie, c'est un peu la même chose, sans les vomissements.

La perfection absolue

En faisant mes recherches, quelque chose est venu attirer mon attention : la boulimie ou l'hyperphagie aurait un certain lien avec le fait de vouloir toujours atteindre la perfection, ou de vouloir toujours tout contrôler.

 Nos résultats indiquent que de traiter le perfectionnisme aussitôt que possible pourrait aider à freiner le développement de la boulimie , estime le Dr Simon Sherry, lors d'une étude, rapportée par Radio-Canada.

De plus, selon une étude en psychologie exécutée à l'université de Trois-Rivières « De 5 à 10% des cas d'anorexie mentale et de 10 à 15% des cas de boulimie seraient observés chez les hommes et les garçons ».

Quels sont les signes précurseurs de l'hyperphagie?

Selon le site www.aboutkidshealth.ca une personne hyperphagique boulimique peut entre autres :

  • manger très vite,
  • manger peu importe si elle a faim, même si elle est rassasiée,
  • manger au point de ressentir de l’inconfort ou de la douleur,
  • manger seule parce qu’elle est gênée du type et de la quantité de nourriture qu’elle consomme,
  • avoir des sentiments de dégoût d’elle-même, de culpabilité et se sentir dépressive,
  • connaître des difficultés à l’école, dans sa vie personnelle ou dans ses interactions sociales,
  • avoir le sentiment de perte de contrôle en ce qui a trait à son alimentation.

« Parmi les signes liés à ces comportements, signalons » :

  • dérober de la nourriture de la cuisine ou du garde-manger,
  • cacher des emballages un peu partout dans la maison,
  • prendre ses repas à part de la famille ou manger en cachette,
  • manger au milieu de la nuit,
  • éviter les interactions sociales

En bref, si vous vous reconnaissez à travers cet article, sachez que vous n'êtes pas seul et que plusieurs options s'offrent à vous. Vous pouvez consulter votre médecin. 

Aussi, vous pouvez rejoindre le groupe de soutien de ANEB ou encore téléphoner à la ligne d'écoute suivante : 1-800-630-0907, et au Montréal au 514-630-0907.

Page d'accueil