Le musicien et barbier Gab Forest lance son premier single 'Pieces of Mind'

Crédit photo: Maxime Gibeault Le musicien et barbier Gab Forest lance son premier single 'Pieces of Mind'


L'artiste (et barbier) montréalais Gabriel Forest @fkgforest a partagé cette semaine le premier single de son projet musical Clyde Forest. Vous pouvez écouter la pièce Pieces of Mind sur Spotify. Un vrai banger qui balance entre énergies rock et des sonorités électro-trap-indie. Ton Barbier a décidé de lui poser quelques questions afin d'en apprendre un peu plus sur lui et son projet musical.

 
Depuis quand fais-tu de la musique et comment tu t'y es intéressé ?
Vers l’âge de 12 ans, j’ai pris une des guitares de mon père, qui est guitariste, et un tab book de Metallica et j’ai simplement essayé de comprendre. Fun fact, en montrant le résultat final à mon père en soirée, j’ai échappé la guitare par terre et elle a solidement brisé. Cet homme est en bonne partie la raison pour laquelle j’ai commencé à jouer de la musique.
 
On m'a dit que tu avis pris ton temps à chercher "ton son" avant de sortir tes premières pistes, tu l'as enfin trouvé ?
Je pense que la recherche du son n’arrête jamais. C’est une bataille constante dans la vie d’un musicien. Pour ma part, le plus dur c’est de trouver un juste milieu entre ma passion pour le Hip Hop, Trap, Rap et mes racines plutôt Indie et Grunge. Je crois avoir trouvé une niche dans le centre de mes influences, dans lequel je m’y reconnais.

Crédit : Maxime Gibeault

 
Quelles sont tes inspirations musicales?
J’écoute une multitude de genres de musique. Autant j’adore The Doors, Jim Morisson, Nirvana, Allan Rayman, que je tripe et m’inspire de Lil Peep, Suicide Boyz, Ghostemane. Shout-out à Mike Shabb et Kapp Dog, de bons bros à moi, qui inspirent beaucoup de jeunes tripeux de Hip Hop!
 
Que représente pour toi faire de la musique?
Faire de la musique c’est plusieurs choses: c’est un mode de vie, mais c’est surtout sortir ce qui a dans ma tête je dirais. À ne pas faire de musique pendant une semaine, je fais des crises d’anxiété. Ce qui m’inspire de la musique, c’est aussi de pouvoir passer des messages qui sont parfois difficiles pour moi à exprimer. Avoir la sensation qu’un jour, une personne quelque part dans le monde ne soit pas anxieuse, dépressive, ou en criss pendant ce p'tit 3-4 minutes de son est un feeling qui me garde motivé.
 

Crédit : Josée Forest

Tu dis donner beaucoup d’importance aux artworks liés à ta future musique, quelle place occupe l’art pour toi?
Depuis que je suis kid, j’ai toujours voulu être musicien, mais j’ai aussi voulu toucher à tout ce qui est artistique : tatoueur, cinéaste, écrivain, peintre, nomme-les. Une forte influence provient de ma mère. Ma mère, Josée Forest, est peintre en galerie depuis 10-15 ans et elle m’a toujours encouragé à suivre ma démarche artistique. Avoir la chance d’avoir des gens qui te poussent à faire ce que tu aimes dans la vie, ça vaut de l’or. Elle a notamment produit mon premier artwork pour mon single Pieces of Mind. Je pense que c’est en mélangeant plusieurs domaines des arts que l’on crée un Master piece.
 
Trois bars/restau/lieu dans lesquels on risque de te croiser? 
L’an dernier, j’ai trainé beaucoup au TRH-Bar, au Blind Pig et j’adore manger au Pot Masson. Qui sait pour 2018!
 
Être barbier et musicien, les nuits doivent être longues, tu fais comment pour gérer tout ça ?
Ça fait maintenant 2 ans que je suis barbier. Je te dirais que ça se fait assez naturellement. J’écris constamment, autant dans mes pauses le midi que le soir, chez moi. Mes jours de congé sont consacrés entièrement à ma musique. Ce sont deux passions pour moi, alors c’est avec plaisir que je les fais. Je dirais aussi que le barbering m’aide et m’inspire pour écrire. Tu en entends des histoires lorsque tu es à côté d’une chaise de barbier, crois-moi!
 

Qu'est-ce que ça représente pour toi d'être barbier ?
Je n’ai jamais réellement réfléchi à devenir barbier. Pour être honnête, c’est plutôt le barbering qui est venu à moi. Le barbering est un art, et même si ce n'est pas toujours le cas, j’ai la possibilité d’exprimer mon côté artistique dans mes coupes. Être barbier me permet aussi de rencontrer des gens au quotidien. J'apprends donc tous les jours, et ce à travers tellement d’univers différents. Je dirais que c’est ce qui me drive le plus d’allers faire mon travail! Ah et, ça l’amène de la stabilité dans ma vie, ce qui n’est pas à sous-estimer!
 
Qu’est-ce qui te différencie de tous les autres barbiers montants à Montréal?
Il y a beaucoup de bons barbiers dans le coin. Props to them! Avoir eu la chance d’apprendre de deux grandes maisons, soient La Maison Privée et Les Barbares m’a permis de développer et approfondir mon côté technique. Pour le créatif et l’artistique, c’est en moi. J’imagine que ça fait un bon mix! Ce qui est le plus important pour moi c’est l’expérience avec mes clients. Je veux qu’ils se sentent comme un chum lorsqu’ils passent me voir. Qu’ils enjoy un 40 minutes de temps à ne pas être en train de courir partout. C’est la mission que je me donne. Je veux donner à mes clients ce qu’ils veulent pour que tout le monde soit heureux!

Suivez le projet de Gabriel Forest sur Facebook et instagram.
 

Source : @fkgforest

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES