Sarah-Maude Beauchesne, écrivaine du vrai [Girl Crush 163]

Crédit photo: Schaël Marceus Sarah-Maude Beauchesne, écrivaine du vrai [Girl Crush 163]


Comme beaucoup d’autres, j’ai connu Sarah Maude Beauchesne à travers son blogue, Les fourchettes, où elle y écrit ces sentiments de fille longue et mêlée du dedans, ses histoires d’amour, le vrai pis ceux des gars-pansements. Je l’ai suivie dans sa fragilité d’ado pas certaine de son corps, lue dans son apprentissage des grandes émotions. Mais plus tôt ce mois dernier, elle s’est présentée à moi avec toute la femme en elle, forte et assumée.
 
Toupet désinvolte, moue framboise et tatouages sages sur les doigts, Sarah-Maude maitrise l’art français du sans-effort calculé, l’élégance vraiment relaxe à la Jeanne Damas. Sous la lentille de Schaël Marceus et des coups de pinceaux de Célica, elle ressemble à Paris avec une réserve.

Mais ce n’est pas pour ses yeux lime que Ton Barbier tenait à rencontrer l’écrivaine : l’année 2017 a été florissante pour la jeune femme, avec, en autres, la sortie de son dernier opus littéraire, Maxime, ainsi que la diffusion de la troisième saison de Le Chalet, série pour laquelle elle prête sa plume.

Crédit : Schaël Marceus

Des frenchs et un pensionnat

Au mois d’octobre dernier, elle promouvait l’arrivée sur le Club Illico de Vidéotron de son plus récent projet, L’Académie. La série web, généreusement accueillie par le public, raconte l’histoire de trois meilleures amies, finissantes d’un pensionnat pour filles, qui tenteront de faire une croix sur toute relation amoureuse pour profiter de leur dernière année ensemble. L’Académie, c’est les histoires de cœur compliquées de Gossip Girl, la vie de commune d’Harry Potter et surtout, des amitiés de femmes fortes et modernes. « Oui, c’est un teen drama, mais on voulait vraiment pas que ce soit quétaine. On a travaillé super fort sur l’esthétisme de la série pour que se ne le soit pas. »
 
Plus tôt cet automne, la jeune auteure annonçait la sortie du dernier chapitre de sa trilogie littéraire. Après Cœur de Slush et Lèche-VitrineMaxime est venu conclure ce projet audacieux que s’était donné Sarah-Maude d’écrire des romans jeunesse vrais, proches des réalités d’adolescents qui veulent tout comprendre, tout vivre, tout frencher. En effet, le dernier opus, d’avantage autobiographique que fictionnel -« Ben oui, Billie Lou, c’est tellement moi »- aborde des thèmes autant variés que les relations entre sœurs, le premier appartement et la guérison lente, mais rassurante des coeurs amochés.

Crédit : Schaël Marceus

Fière d’être femme

Cellulaire en mains, un gros GIRL POWER inscrit sur le derrière de son case, Sarah-Maude me confie sur l’évolution de son rapport avec les femmes. « Quand j’étais plus jeune, je prenais plaisir à haïr les filles, pis ça, ça donne le cancer. » Aujourd’hui, l’auteur de 27 ans est en paix avec ces compétitions imaginaires et destructrices, et use de sa plateforme médiatique pour inciter les jeunes femmes à faire de même : « Messemble ça serait tellement plus simple si on arrêtait de se comparer et qu’on pouvait juste s’aider à être plus cool pis nice. J’espère que mes livres outillent les filles à être mieux dans leur peau
 
Autant par ses personnages féminins assumés dans leurs émotions et leur sexualité, que par les amitiés saines et douces qui les unissent, le féministe est un thème central dans l’œuvre de Sarah-Maude Beauchesne. D’ailleurs, lorsque je lui demande si elle est encore en couple avec Maxime, le gars « un peu tannant » de son dernier roman, elle me répond : « Non, je suis une femme seule forte. J’aime pas ça dire que je suis célibataire, parce que je trouve que ce terme-là a une connotation négative. Il sous-entend que t’es en attente de ton prince charmant, ce qui n’est pas le cas. »

L’année 2018 s’annonce être tout aussi productive pour l’auteure que la précédente, avec, en autres, l’adaptation cinématographique de son premier livre, Cœur de Slush, ainsi qu’une possible série télévisuelle basée sur son blogue. Si vous aimez les écritures vraies et vraiment pas quétaines, je vous suggère celle de Sarah-Maude, l’encre de sa plume reflétant la couleur de ses lèvres: du rouge amour, rouge parisien, rouge slush à la cerise. 
Suivez les aventures de Sarah-Maude sur instagram @lesfourchettes.

Texte : Léa Carrier
Mannequin : Sarah-Maude Beauchesne
Photographe : Schaël Marceus
MUA : Célica

Crédit : Schaël Marceus

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES