Suite à mon article des 5 photographes qui font du beau et du NSFW, Part. 3, je me suis entretenu avec Jean Philip Zi, un des photographes qui étaient dans ma liste. On a échangé quelques courriels sur son travail, sa démarche et ses inspirations. Il a même été assez généreux pour nous offrir un exclusivité son shoot avec la belle Sania.

Depuis quand fais-tu de la photographie?
Officiellement, ça fait 6 ans et officieusement 10.

Comment as-tu commencé?

Avec mes études en communication et en cinéma d’où le «officieusement». Nous utilisions des appareils argentiques et des Canon Rebel de 1re génération pour comprendre et exercer les fondements de la lumière. J'ai commencé en faisant des still life et des photographies urbaines. Je faisais aussi un peu de portrait, mais rien de très concluant.

Fais-tu de la photo pour vivre ou c'est un passe-temps?

J'ai vécu, ou survécu en ne faisant que de la photographie pendant quelques années. Ça prend des nerfs d'acier et il faut rivaliser d'imagination pour y arriver. J'en vie toujours avec mon sideline de Mixologue (Les Incorruptibles sur Fleury / Pub gratuite). Ma spécialisation en photographie n'est pas nécessairement la plus payante quoi que plusieurs semblent oublier que je ne fou pas tout le monde à poil ! Je fais également du casting, du portrait classique ou corporatif, de la mode (humblement) et j’ai fait quelques concours de coiffure dans le passé et je permets même un ou deux mariages par année.

Comment décrirais-tu ton style?

Franc, érotique, artistique, d'ambiance, c'est une photographie très honnête ; basée sur la beauté, beaucoup sur l'ombre et la lumière. C'est assez lent comme genre photographique. Un peu comme écouté du Bonobo ou du Prefuse 73 en boucle. C'est une gestion de l'émotion sexuelle complète dans l'image. Chaque personnage dégage une énergie différente que j'essaie de transposer au travers des ambiances, des décors, des poses et surtout de la lumière. Chaque portion de ce qui compose une image à un impact sur l'effet final de la photographie. Il faut bien choisir sa candidate en fonction du lieu et de sa lumière, c’est primordial. 

Qu'est-ce qui t'inspire?

Un peu de tout : un arrière-plan en marchant dans la rue, une scène de film, un morceau de linge sur des rayons ou simplement mon imagination. Ne pas mentionner les femmes serait honteux donc oui, les femmes et leur corps m'inspirent. 

Où trouves-tu tes modèles?

Comme tout le monde, j'imagine : Instagram, Facebook, quelques mannequins d'agence ou sinon ce sont elles qui viennent vers moi. 

Y'a-t-il des artistes ou des photographes qui t'inspirent ?
La musique m'inspire dans ma photographie! Un peu comme Jaime Ibarra, un photographe que j'adore, il m'arrive parfois de photographier la musique dans mes images. Avant même de commencer mes shoots, je connais mes images finales et la trame sonore associée. J'aime les classiques : Testino, Avedon, Lachapelle, Tony Kelly, Von Unwerth, Leibovitz etc. Ceux qui travaillent le corps comme Andre Brito ont toute mon admiration. En peinture, je suis fan de Dali, Kandinski et Mondrian.

Fais-tu beaucoup de collaboration ou la plupart du temps, il s'agit de projet personnel?
Projet personnel 90% du temps ! Avec les années, je suis devenu un solitaire, je crois ! Je recommence lentement les projets en équipes ce qui suppose que je vais ranger un peu mon style NSFW pendant quelques shoots!

Parle-moi un peu plus de cette série-là, qui est ton modèle?
Ah ! Sania (@saniamallory sur Instagram). Surement la plus jolie punk au Québec. Elle représente bien mon penchant pour le direct et l'impulsif. J'apprécie les esthétiques de femmes tatouées et Sania a cette véracité. Elle ne fait pas que porter ses tatouages comme ornements, elle l'est représente. C'est un party animal, une attitude trop rock ! Ça rend toujours bien en image et je voulais montrer du beau. 

Quels sont tes projets pour l'avenir?
Reprendre du flambeau et me donner un côté plus commercial. J'ai plusieurs concepts en branlent dans la vie comme sur papier. Ils demandent cependant beaucoup d'organisation, de temps et d'argent. J'espère pouvoir en réaliser deux à trois par année. Allez davantage vers la critique dans mes images. J'adore ce que je fais, mais il me semble que de fouetter les spectateurs avec des idées, des pensées et des concepts, me ferait un bien immense! 

Aurais-tu des conseils de photographe? 
Soyez honnêtes dans ce que vous faites. Partagez vos connaissances avec les autres photographes apprentis! La photographie comme toute autre forme d'art en est une de transmission du savoir (oui comme les vieux peintres et sculpteurs, les philosophes pédérastes et autres). Même si la photographie est devenue banale avec les téléphones, filtres et applications qui servent à démocratiser cet art, il doit y avoir des connaissances dernières, de la gestion, des techniques précises. Mais quoi qu'il en soit : créez. Matin - midi - soir et nuit. Peu importe ce que vous faites, créez.

Retrouvez-le sur : onlyZi / @jeanphilipzi / 500px

Image #1

Image #2

Image #3

Image #4

Page d'accueil