Le temps arrange bien les choses. C’est ce qu’ils disent. Et probablement comme la plupart de ceux d’entres-vous qui sont passés par là, j’ai longtemps voulu frapper tous les gens qui me disaient ça. J’imagine que vous allez peut-être vouloir faire de même avec moi maintenant, mais je dois conclure qu’ils avaient raison. Des fois, y’a rien d’autre que le temps qui peut vous aidez à faire une réelle introspection et développer une nouvelle perspective.
 
Les histoires de relations, c’est du cas par cas. Mais au final, je suis pas mal certain qu’on finit tous par feeler un peu de la même façon. Perdre son premier love, c’est probablement l’une des étapes les plus difficiles à franchir dans une vie. Mais on y passe pas mal tous.
 
Moi, j’écris. C’est ma solution pour passer à travers pas mal de trucs. Alors j’ai décidé de lui écrire une lettre, à cette fille qui a été si spéciale dans ma vie.

Crédit : Damien

À mon premier love

« Y’a de ça quelques semaines, je t’ai vu sur le coin de la rue. Je sortais du métro, j’attendais que la lumière change pour traverser. T’étais dans ton auto, tu jouais avec tes cheveux, avec ton air habituel dans la lune. Je pense que tu m’as vu aussi. Il faisait noir. Il pleuvait. On s’est regardé pendant plusieurs secondes. Puis j’ai traversé, j’ai simplement continué mon chemin.
 
J’ai eu du mal à respirer pendant une bonne moitié de minute.
 
« On est vraiment devenus des complete strangers ». C’est ce que je me suis dit sur le coup. Sur le coup, ouais. Mais après j’ai réalisé ça : on sera jamais vraiment des étrangers, toi et moi. Parce qu’une étrangère m’aurait pas coupé le souffle en plein milieu d’un trottoir.
 
J’écris pas ce texte dans un mood triste. Je l’écris parce qu’après tout ce temps – avec toi et sans toi – je réalise que t’es la personne qui m’a fait le plus évoluer. Et en quelque sorte, j’aimerais te dire merci.
 
T’étais ma première blonde. On a passé des années ensemble. On a grandi ensemble. Et je pensais qu’on allait crever ensemble. Esti que je t’ai aimé. Toute notre histoire, sous tous ses aspects ; elle m’a fait réaliser des choses sur moi-même. Avant, pendant, après. Et probablement pour le reste de ma vie.
 
Un premier love, j’pense pas que c’est quelque chose qui s’oublie.
 
Tu m’as permis d’apprendre c’est quoi, réellement aimer quelqu’un. Que bâtir quelque chose de solide avec une personne, c’était ce que je voulais – et que c’est encore ça que je veux. Mais tu m’as aussi permis d’apprendre à me détacher. Me détacher des choses ou des idéaux auxquels je ne pensais pas pouvoir survivre sans. Et que ça allait être correct, dans le fond. Que j’étais assez. Et que j’allais toujours être assez.
 
Je me suis découvert avec toi. Mais je me suis trouvé sans toi.
 
En étant loin, mais en pensant à toi, je suis devenu une meilleure personne. Je me suis rendu compte que j’avais pas à me refermer complètement, à chaque fois que quelque chose ne se passait pas my way. Que la vie c’est fucked up, et qu’au final, je suis capable de m’adapter à pas mal plus de trucs que je croyais. Que je suis fait vraiment plus fort que ce que je pensais.
 
Avant, je disais que ma maison, c’était toi. Maintenant, ma maison, c’est moi. Peu importe les gens qui m’entourent. Et je pense que c’est vraiment mieux comme ça.
 
Avec le recul, je me dis que je me chercherais probablement encore, si j’étais toujours à tes côtés. Je comprends tellement mieux, tout ce qui est arrivé. Ça va faire un an, et ces temps-ci, je commence à être en paix avec tout ça. J’ai été enragé pendant un bon moment, mais là je sens que le sentiment d’amertume, ben il s’en va tranquillement.
 

Crédit : Ben Seidelman

L’autre soir, je faisais du ménage dans mes affaires et je me suis dit que je devrais probablement effacer une tonne de trucs sur mon portable. Mais en regardant des photos de nous, j’ai souri. Et j’ai encore plus souri ensuite parce que j’ai réalisé que le feeling que j’avais en dedans, en regardant ça, ben c’était pas négatif. Non. Maintenant, quand je pense à nous deux, je me dis qu’on a eu du maudit bon temps ensemble, malgré tout.
 
Je sais que ce qu’on a eu pendant presque 6 ans, c’était pas juste un amour de jeunesse, que c’était real, et je pense que tu le sais aussi. Et j’suis content d’avoir vécu ça de manière tellement intense dans ma vie – avec toi. Et j’suis encore plus content d’être capable de le dire, aujourd’hui.
 
Merci de m’avoir fait grandir, depuis notre première rencontre, quand j’étais juste un kid de 18 ans. Tu m’as fait triper ; tu m’as fait voyager ; tu m’as fait crier ; tu m’as fait brailler. Mais surtout, tu m’as fait évoluer. Vraiment beaucoup. Sans même le savoir, peut-être.
 
Tout ça pour te dire que dans le fond, maintenant quand j’y pense, ça me fait un peu plus de bien qu’avant. Tout ça. J’espère qu’un de ces jours, on va pouvoir s’asseoir face à face, commander un rhum & coke et un gin tonic, lever notre verre, et se faire un cheers à tout ce qu’on a eu, à tout ce qu’on a été. »

Page d'accueil