Le Métrosexuel est mort, faites place au «Lumbersexuel»

Crédit photo: Nicola Biagioni Le Métrosexuel est mort, faites place au «Lumbersexuel»

À 19 ans, je me rappelle avoir entendu  l'écrivain Mark Simpson mentionner Métrosexuel, ce mot/concept qui allait changer la face de l'homme moderne. Il s'agit, à mon avis, d'un cataclysme, d'une bombe dont les répercussions stylistiques se font encore sentir aujourd'hui. Toute l'industrie a fait un virage à 180 degrés pour s'adapter à ce nouvel homme. Après le Métrosexuel, nous avons eu droit au Ubersexuel et au Spornosexuel. Nous faisons maintenant la connaissance du dernier-né, le Lumbersexuel (lumber/bûcheron). 

Qu'est-ce qu'un Lumbersexuel, me demanderez-vous? On le reconnait par ses chemises en flanelle, ses bottes de style travailleur, ses denims, ses vêtements d'extérieur ayant une allure de vêtements de travail. Et il ne faut surtout pas oublier le poil, beaucoup du poil et de la barbe.

Le Lumbersexuel est une forte réplique à l'épilation, au look ultra-léché, au culte du corps parfait et bien musclé et au visage bien hydraté, pétant de santé du modèle masculin des 20 dernières années. L'entretien, la rigueur et le coût exorbitant de cette «perfection» ont féminisé, à mon avis, le modèle masculin. J'entends déjà des dents grincer... Saviez-vous que de nombreuses études ont révélé que les hommes étaient gênés de prendre les produits de leurs copines? L'industrie leur a donc fait de beaux packagings.

Habituellement, la gente homosexuelle masculine engendre la mode et l'adopte beaucoup plus rapidement que la gente hétérosexuelle. Ensuite, la tendance se démocratise. Ce n'est pas le cas pour la tendance Lumbersexuel. Ce sera donc la première fois que les styles, le look et le mode de vie des deux «groupes» se croisent et se superposent. Ça me rend très heureux, car pour une fois, plus rien n'est définissabe juste au regard.

Par contre, il ne faut pas s'y méprendre; pour être le parfait bûcheron moderne, même avec un look qui donne un effet de relâchement, l'entretien est de mise. Il faut aller voir son barbier pour la barbe et les coupes de cheveux regulières. Il faut se doter de vêtements techniques faits à la main et à tirage limité et de parfaits denims aux coupes impeccables. N'oublions pas les tatouages, les lunettes, les couvre-chefs et les bracelets. Ajoutons le gym et les longues heures d'entrainement, car un beau bucheron bien bâti, c'est vraiment agréable à regarder.

Exemple: Josh Mario John

Si j'étais un spécialiste, je ferais un discours sur la contre-culture et la réaction aux phénomènes et aux infuences de masse. Je n'en suis pas un, mais je sais par contre que tout ce qui plait se multiplie et devient la règle...

Messieurs, serez-vous à vos rasoirs et normcore demain? J'ose croire que non, car comme je me plais à dire: «nous sommes tous beaux dans notre expression individuelle et encore plus quand nous l'assumons.» Et comme disait si bien Oscar de La Renta: «Le style commence par bien paraître nu!»

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES