Emma Watson, a.k.a. l'égérie de Burberry, a semé la pagaille avec son discours bombe à l'O.N.U., et nous croyons que l'enjeu soulevé est primordial. Tonbarbier, dont le surnom de gentleman urbain suggère une bande d'hommes raffinés, tenait à souligner l'événement. Emma, par son rôle d'ambassadrice onusienne de la campagne HeForShe, désire amener la conversation chez les hommes. Hermione nous tend la main les boys, à nous de la saisir.
 
Comme l'a souligné le barbier Mercille lors d'une discussion web, l'actrice a très bien expliqué la signification du mot « féminisme », et en quoi ce nom pointe vers un groupe opprimé, simplement. Qui dit féministe ne veut par dire man-hater, au contraire, les frères. Ce qui est important, ce sont les idées derrière le terme, et non pas le petit mot qui fait si peur.
 
Le monde se porterait mieux si nous arrêtions de dire aux gars qui sont plus sensibles, de «mettre leurs couilles» ou de dire d'une petite fille plus sportive qu'elle est un «garçon manqué ». Et disons qu'avec toutes les propositions vestimentaires (parfois particulières) qui sont promues dans nos pages, nous sommes mal placés pour rejeter un tel appel à la diversité et à la liberté d'être. Nous encourageons de tels propos d'ouverture, qui relèvent davantage du gros bon sens que d'un ensemble de bonnes manières quelconques.

L'idée principale au cœur des propos d'Emma, l'égalité entre les hommes et les femmes, est un désir de liberté pour tous, loin des modèles traditionnels. 
 
Enfin, la balle est lancée et nous souhaitons que tous la prendront au passage, afin de participer au débat. Nous vivons dans une époque de transition dans laquelle bien des certitudes passées sont mises à mal. À nous, en tant que barbier, et possibles influenceurs, d'appuyer cette brave démarche d'Emma.
 
Élémentaire, chère Watson! 

Plus de contenu